23/09
Préparatifs Mondial 2022 : Toko Ekambi forfait pour le match Cameroun-Ouzbékistan.
21/09
La bataille d’équipementier conduit à un bashing entre Samuel Eto’o et Yannick Noah
25/07
L’Union Africaine se félicite de la reprise des exportations de céréales d’Ukraine et de Russie
21/07
Football: la FIFA condamne le Cameroun à payer plus d’un milliard de FCFA au portugais…
20/07
Affaire de mœurs: la sex tapeuse Cynthia Fiangan a passé sa première nuit en prison
19/07
Le Cameroun veut importer 400 000 tonnes de riz en 2022
19/07
Droits de l’homme: Le REDHAC vole au secours du Directeur de publication du journal Le…
19/07
L’ancien Lion indomptable Stéphane Mbia risque la prison en Espagne
19/07
Découvrez le programme du séjour du président français Emmanuel Macron au Cameroun
18/07
Les Lionnes indomptables qualifiées pour les barrages de la Coupe du monde 2023
18/07
Mea Culpa: les camerounais accepteront-ils les excuses de Gaëlle Enganamouit
18/07
Lettre ouverte/Calixthe Beyala au président Macron: «venez-vous pour adouber un homme pour la transition au…
18/07
Emmanuel Macron au Cameroun, c’est confirmé
15/07
Le président de la République nomme de nouveaux responsables au sein de l'armée
15/07
Administration territoriale: le président de la République nomme 14 nouveaux préfets et 57 sous-préfets
15/07
CAN féminine 2022: les Lionnes indomptables éliminées en quart de finale
14/07
Diplomatie: le président Emmanuel Macron annoncé au Cameroun
14/07
Match Cameroun-Nigéria: 5 raisons pour croire à la qualification des Lionnes indomptables
14/07
CAN féminine 2022: les Lionnes parviendront-elles à battre les Super Falcons du Nigéria
14/07
Crise anglophone: l'armée annonce la mort du général ambazonien Field Marshall

Tel est le thème retenu pour commémorer la 4ème édition de la campagne sur les compétences dans le domaine du Numérique au Cameroun; Un évènement qui vise à renforcer les capacités des jeunes, pour l’emploi et l’entrepreneuriat à l’ère du numérique. 

 

État des lieux 

 

Des Organisations internationales, telles que les Nations Unies et l’Union Internationale des Télécommunications affirment que le secteur des Tic est un moteur essentiel du développement durable. 

 

Une étude réalisée par le Forum Économique Mondial indique qu’une augmentation de 10% du niveau de transformation digitale d’un pays, entraînerait une hausse de 0,75 % de son PIB par habitant et une baisse de 1,02% du taux de chômage.  

 

D’autres études réalisées au niveau international confirment l’impact des Tic sur l’économie et dans la société, en relevant le rôle prépondérant qu’elles jouent dans la réduction de la pauvreté, non seulement en créant de nouvelles sources de revenus et de nouveaux emplois, mais aussi en réduisant le coût de l’accès des pauvres à de nombreux services de base, comme la santé et l’éducation.  

 

C’est au regard de tout ce qui précède que le Professeur Ebot Ebot Enaw - Directeur Général de l’Antic est revenu sur le bien fondé de l’organisation de la 4ème édition de cette Campagne sur les Compétences dans le Domaine du Numérique au Cameroun, évènement que l’Agence Nationale des Technologies de l’Information et de la Communication a co - organisé avec l’Ong “The change Engine”:  



“Les gouvernements et les industries déploient des technologies innovantes telles que le Cloud computing, le Big Data, l’Advanced analytics, l’Intelligence artificielle, le Machine learning et l’Internet des objets (IoT) pour répondre aux besoins des citoyens et des clients, le séminaire se veut une plateforme ouverte aux experts et aux jeunes innovateurs, pour échanger sur les opportunités d’emploi, d’auto - emploi et d’affaires, en lien avec les Technologies de l’Information et de la Communication. 

 

Autres articulations du lancement de la Campagne 

 

Les jeunes, qui se sont massivement rendus à l’hôtel Star Land ce mercredi, ont été entretenus sur divers sujets par les experts des industries de pointe, à l’instar de ceux  de Microsoft. 

 

“Le rôle de l'entrepreneuriat dans la lutte contre la pauvreté dans l'Afrique d'aujourd'hui, en évolution rapide et axée sur la technologie - Une approche multipartite de l'inadéquation des compétences et de la promotion de l'entrepreneuriat des jeunes à l'ère numérique - L'accès des entrepreneurs africains au financement - Un écosystème qui crée des entrepreneurs numériques menant l'Afrique vers un nouveau monde d'opportunités…”.  

 

Ils ont par ailleurs été invités à prendre part aux tables rondes dont voici les thèmes: 

 

“Des partenariats puissants - entre l'industrie et le milieu universitaire qui fournissent un soutien, des expériences du monde réel, telles que des stages et des apprentissages pour les étudiants, constituent un tremplin important donnant à tous les étudiants une opportunité pour le type d'apprentissage pratique qui peut déclencher une nouvelle passion dans un environnement inconnu. Stimuler l'apprentissage scolaire et développer les compétences professionnelles et sociales des étudiants”;

 

Entrepreneuriat 101 - Enseigner les compétences qui ont un achat dans l'avenir du travail; L'égalité des Sexes dans la Technologie”. 

 

Dans son discours du 10 février 2022, le Chef de l’Etat Camerounais, s’adressant à ses jeunes compatriotes, avait dit ceci: 

 

“ La nouvelle économie mondiale est aujourd’hui tournée vers le numérique et, de ce fait, nous invite à encourager les jeunes à saisir toutes les opportunités qu’offrent les communications digitales à travers leurs différentes appropriation et application socio - économiques…”. 

 

L’Agence Nationale des Technologies de l’Information et de la Communication et ses partenaires entendent dès lors à accompagner tous ceux qui se sont engagés dans le secteur de l’économie numérique. 

 

Nicole Ricci Minyem

Certains militants et sympathisants du Mouvement pour la renaissance du Cameroun pensent que Michèle Ndocki fait un jeu trouble.

L’annonce de la candidature de Michèle Ndocki continue à faire bruit au sein du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC). Pour certains militants et hauts cadres du parti, il s’agit d’une provocation.

«Si l’annonce de candidature de Me Michèle NDOKI à la tête du MRC en 2023, pendant que ce parti travaille à faire élire Maurice KAMTO, son leader, à la Présidence de la République du Cameroun en 2025, procède d’une légalité apparente, elle me semble n’être qu’une candidature de jactance, de provocation et surtout une candidature hors MRC… La trajectoire politique, les éléments d’analyse qui sont du registre comportemental de cette talentueuse Femme Politique, induisent une compréhension plus fine de cette « déclaration de candidature ».», pense Me Amedee Dimitri Touko.

En annonçant son tête à tête lundi dernier avec le président de son parti le MRC, Michèle Ndocki a envenimé la situation. Certains de ses camarades de parti ont vu par cet acte, une volonté de cette dernière de mettre en mal Maurice Kamto.

«Je veux bien savoir pourquoi une militante qui a un RDV avec le Président National de son parti le rend public, pendant et après la rencontre qu’elle a elle-même sollicitée», a écrit Roger Justin Noah le Secrétaire général adjoint du MRC.

Après sa rencontre avec Maurice Kamto, Michèle Ndocki a dévoilé le contenu de leurs échanges. Elle a laissé entendre que celui-ci n’était pas ouvert à la question d’alternance au MRC. Ce compte rendu a été fortement contesté par ses camarades de parti.

«En rencontrant hier Maurice KAMTO, le Président du MRC et surtout en médiatisant cette rencontre, Me Michèle NDOKI voulait par ce symbole installer dans le subconscient des camerounais la logique subliminale d’une dualité politique au MRC. En effet, inapte pour l’instant à faire triompher dans son parti, des idées politiques dont personne jusqu’ici ne connaît la substance, la « fiancée du Peuple » comme on l’appelait affectueusement a choisi semble t-il de construire une opinion, en dehors de son parti, ou contre celui-ci…Dire que Maurice KAMTO n’est pas favorable à une alternance au sein du parti, alors même que le principe des élections internes a été réaffirmé et ce conformément à ses statuts, est un exercice de communication dans lequel, Me Michèle NDOKI, essaye de disqualifier le Président du MRC, en le présentant comme un autre BIYA, qui s’oppose à  l'alternance», commente Amedee Dimitri Touko.

Liliane N.

Le président du Mouvement pour la renaissance du Cameroun Maurice Kamto affirme par ailleurs que le drame d’Akwaya pose le crucial problème de la construction de la Nation au Cameroun, qui de son point de vue ne semble pas préoccupé les autorités.

Retrouvez ci-dessous la déclaration de Maurice Kamto

DÉCLARATION SUR LE MASSACRE DU 25-26 JUIN 2022 DANS LE VILLAGE DE BAKINJAW ET SUR L'INCAPACITÉ DU GOUVERNEMENT À PRÉVENIR DES CONFLITS INTERCOMMUNAUTAIRES POURTANT RÉCURRENTS

Entre le 25  et le 26 juin 2022 un des plus graves massacres dûs à un conflit intercommunautaire a eu lieu dans le village de Bakinjaw, Arrondissement d'Akwaya, Département de la  Manyu dans la Région du Sud-Ouest de notre pays. Ces massacres sont consecutifs à une violente attaque  attribuée à la communauté Oliti par certaines sources non encore confirmées par les enquêtes, contre la communauté Messaga Ekol. Ils ont fait plusieurs dizaines de morts.

L'attaque du 25-26 juin serait une vengeance faisant suite à une agression que les Oliti auraient subi eux-mêmes en date du 29 avril 2022. Tout porte à croire que les rivalités meurtrières entre les deux communautés auraient pour enjeux l'accès aux terres.

Quoi qu'il en soit, le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) est profondément choqué par le bilan de cette confrontation intercommunautaire.

Le MRC condamne avec la dernière énergie le recours à la violence dans le règlement de tout différend. 

En mon nom et aux noms des militants et sympathisants du MRC, je présente nos sincères condoléances aux familles des victimes. Nous souhaitons par ailleurs nos vœux de prompt rétablissement aux nombreux blessés.

Ce drame interpelle encore sur la construction d'un vivre-ensemble apaisé dans notre pays, et on ne peut que déplorer la défaillance des autorités compétentes et du gouvernement qui, après  les premières attaques violentes survenues le 29 avril 2022, n'ont pas été proactifs.

Ce massacre communautaire  intervient après ceux, récurrents, déplorés dans le Département du Logone-et-Chari entre Arabes Choas et Mosgoum, Kotoko et Massa. Il pose le crucial problème de la construction de la Nation dans notre pays, lequel ne semble manifestement pas être une préoccupation majeure du gouvernement, en dépit des incantations officielles.

Environ 1,81 milliard d’habitants, ou 23 % de la population mondiale, sont directement exposés à des inondations centennales de plus de 15 centimètres, selon une étude parue mardi dans la revue scientifique Nature Communications. 

Parmi ces personnes, 780 millions vivent avec moins de 5,50 dollars par jour, poursuit l’étude qui a croisé des données sur les risques d’inondations venant des rivières, des pluies et de la mer, et des données de la Banque mondiale sur la distribution de la population et la pauvreté.

L’Asie de l’Est et du Sud, avec notamment la Chine et l’Inde, concentre 1,24 milliard des habitants concernés par cette menace. “Cela pose des risques majeurs pour les vies et les moyens d’existence, en particulier pour les populations les plus vulnérables”, rapporte l’étude. 

Près de 90 % des personnes exposées vivent dans des pays pauvres ou à revenus intermédiaires.

 

Des populations plus vulnérables 

 

Selon les chercheurs, environ 12 % du PIB mondial de 2020 se trouve dans des zones à risque. Mais ne considérer que l’aspect monétaire peut créer un biais en concentrant l’attention sur les pays riches et les centres économiques, avertissent-ils. 

 

“Les pays à faible revenu sont exposés de façon disproportionnée aux risques d’inondation et sont plus vulnérables aux impacts désastreux à long terme”, constate l’étude de Jun Rentschler de la Banque mondiale, ainsi que ses collègues. 

 

Ce texte fournit “la première évaluation mondiale entre l’exposition au risque d’inondation et la pauvreté”, constate Thomas McDermott, de l’Université nationale de Galway en Irlande, dans un commentaire publié dans Nature Communications

 

Le changement climatique et une urbanisation mal conçue devraient aggraver ces risques dans les années à venir, avertissent les chercheurs.

L’Otan a jugé mercredi 29 juin que la Chine représentait un “défi” pour les “intérêts” et la «sécurité» des pays de l'Alliance, dans sa nouvelle feuille de route stratégique adoptée à l'occasion de son sommet de Madrid.

 

Les ambitions déclarées de la Chine et ses politiques coercitives défient nos intérêts, notre sécurité et nos valeurs”, écrit l'Otan dans ce document baptisé “concept stratégique” et qui n'avait pas été révisé depuis 2010. 

 

C'est la première fois que ce document évoque la Chine, qui ne relevait traditionnellement pas de la mission de l'Alliance atlantique. L'Otan dénonce en particulier “le partenariat stratégique approfondi” entre Pékin et Moscou “et leurs tentatives mutuelles de miner l'ordre international basé sur les règles”. 

 

La Chine emploie un large éventail d'outils politiques, économiques et militaires afin d'accroître son influence internationale (...) tout en restant opaque sur sa stratégie, ses intentions et son renforcement militaire”, poursuit l'Otan.

 

L'Alliance pointe notamment les cyberattaques “mal intentionnées”, la “désinformation” et la “rhétorique de confrontation” de Pékin. 


La Chine n'est pas un adversaire mais nous devons prendre en compte les conséquences pour notre sécurité quand nous (la) voyons investir lourdement dans de nouveaux équipements militaires” et tenter de “contrôler des infrastructures essentielles comme les réseaux 5G”, avait dit mercredi matin le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg.

C’est ce qui justifie l’appel à propositions pour la réalisation d’une enquête sur la couverture vaccinale contre cette maladie, que vient de lancer l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) publié le 22 juin dernier dans le quotidien Cameroon tribune.  

 

A en croire les explications l’OMS, cette enquête cible spécifiquement les districts de santé de Malantouen et de Foumbot dans les régions de l’Ouest et de l’Adamaoua (Ngaoundéré urbain), à l’issue de la campagne de riposte organisée du 30 mai au 5 juin dernier.

Pour cette enquête, le soumissionnaire retenu devra, déterminer la couverture vaccinale selon les caractéristiques sociodémographiques des populations dans ces localités, identifier les raisons de la non-vaccination et déterminer la proportion des manifestations post-vaccinales indésirables (Mapi). 

Autre mission, évaluer le niveau de connaissance de la population concernant les maladies évitables par la vaccination et formuler des recommandations. Objectif recherché, améliorer la qualité des prochaines campagnes de riposte contre la fièvre jaune, précise l’OMS.

Pour la dernière campagne de vaccination contre la fièvre jaune au Cameroun, quelques 613 000 personnes agées de 9 mois à 60 ans étaient concernées par l’opération. La fièvre jaune est une maladie hémorragique virale aiguë transmise par des moustiques infectés.

Innocent D H

Selon la décision de l’autorité administrative, les champs de maïs sur l’ensemble du périmètre urbain doivent être nettoyés et élagués de leurs feuilles jusqu’à 1 mètre de hauteur.

 

Le sous-préfet de l’arrondissement situé dans le Nord-Ouest justifie cette mesure par « le contexte sécuritaire actuel marqué par la menace d’attaques sécessionnistes », justifie Lucky Adrien Njille Ehode.

En effet, les propriétaires des champs ont 10 jours pour se conformer à cette nouvelle mesure, faute de quoi apprend-on, « Les agents de la commune seront autorisés au terme de ce délai, à procéder à la destruction totale des exploitations non conformes ».

Précisons à titre de rappel, la région du Nord-Ouest du Cameroun fait face à des incursions répétées des miliciens séparatistes basés dans la région voisine du Nord-Ouest. L’un des cas les plus récents remonte à la nuit du 7 au 8 juin dernier, plusieurs assaillants ont attaqué le poste de gendarmerie de Kouoptamo et ont tué cinq éléments de forces de défense et de sécurité en service.

Innocent D H

 

C’est l’une des données que vient de publier l’Institut national de la statistique (INS) en comparaison avec la même période en 2021.

 

Selon l’INS, « Les prix à la consommation finale des ménages se sont relevés de 6% dans la capitale économique camerounaise ». Ce qui se situe largement au-dessus du seuil de tolérance de 3% admis par les critères de convergence de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cameroun, Congo, Gabon, Tchad, RCA et Guinée équatoriale.

Si l’on s’en tient aux analyses de l’Institut national de la statistique, « Cette évolution des prix des produits alimentaires en mai 2022 est à mettre en lien avec l’envolée des prix des produits alimentaires », qui connaissent une progression globale de 12,4% en glissement annuel, avec un pic de l’ordre de 15,3% pour les produits alimentaires importés (contre 11,4% pour les produits locaux).

De sources dignes de foi, l’accélération des tensions inflationnistes dans les marchés de la ville de Douala s’explique par la morosité de la conjoncture internationale provoquée par la période post-Covid, et aggravée par le conflit entre la Russie et l’Ukraine. Ce qui a favorisé une hausse vertigineuse des prix des matières premières, du pétrole et du fret sur le marché international, avec à la clé des surcoûts de production.

Innocent D H   

 

C’est l’ambition affichée par le Ministre des Forêts et de la Faune (Minfof), Jules Doret Ndongo qui vient de lancer un appel d’offres national ouvert en vue du recrutement d’un prestataire qui sera chargé d’effectuer les travaux de réparation des équipements techniques du Centre de promotion du bois de Yaoundé.

 

La prestation consistera au dépannage de trois séchoirs, 44 machines de menuiserie, au dépannage et la mise en service de 9 machines d’affutage, l’opérationnalisation de la station de traitement du bois et l’installation d’un système d’aspiration centralisé des copeaux et sciure produits par les machines de menuiserie, précise l’appel d’offres. Le document indique par ailleurs que le contrat inhérent à la prestation est financé par le Fonds commun du Programme sectoriel forêts et environnement (PSFE) s’élève à 103,5 milliards de FCFA.

En effet, le Gouvernement camerounais lance la remise en état de fonctionnement des équipements de ce centre, au moment où les pays de la Cemac (Cameroun, Congo, Gabon, Tchad, RCA et Guinée équatoriale) préparent l’entrée en vigueur de l’interdiction des exportations du bois en grume, à compter du 1er janvier 2023. Une initiative qui ambitionne d’encourager la transformation locale du bois afin que les pays membres captent plus de valeur ajoutée, implique la multiplication dans la zone Cemac des structures telles que le centre évoqué haut.

Il convient de noter à titre de rappel, le Centre de promotion du bois est une structure technique rattachée au ministère en charge des Forêts. Ses missions nombreuses, notamment : « La promotion des essences peu ou pas connues, en vue de l’amélioration de la production des forêts ; la contribution au renforcement des capacités des acteurs des filières de produits forestiers ; l’appui aux PME des filières concernées ; la sensibilisation ; l’éducation et le perfectionnement des praticiens à l’utilisation du bois dans les ouvrages ».

Innocent D H  

Selon le ministère de la Défense indique que les auteurs du massacre d’Akwaya survenu le samedi 25 juin 2022 sont les bandes armées sécessionnistes.

Le gouvernement a enfin donné sa version sur le massacre de plus d’une trentaine de personnes survenu le 25 juin dernier à Akwaya dans la région du Sud-Ouest. Le ministère de la Défense qui signe le communiqué parlant de ce drame affirme que les responsables sont les bandes armées sécessionnistes. Il dresse le bilan de 32 civils assassinés parmi lesquels 5 nigérians, plusieurs autres blessés avec de nombreux «terroristes» blessés cependant en fuite.  

 

Page 6 sur 1015






Sunday, 05 June 2022 11:01