23/09
Préparatifs Mondial 2022 : Toko Ekambi forfait pour le match Cameroun-Ouzbékistan.
21/09
La bataille d’équipementier conduit à un bashing entre Samuel Eto’o et Yannick Noah
25/07
L’Union Africaine se félicite de la reprise des exportations de céréales d’Ukraine et de Russie
21/07
Football: la FIFA condamne le Cameroun à payer plus d’un milliard de FCFA au portugais…
20/07
Affaire de mœurs: la sex tapeuse Cynthia Fiangan a passé sa première nuit en prison
19/07
Le Cameroun veut importer 400 000 tonnes de riz en 2022
19/07
Droits de l’homme: Le REDHAC vole au secours du Directeur de publication du journal Le…
19/07
L’ancien Lion indomptable Stéphane Mbia risque la prison en Espagne
19/07
Découvrez le programme du séjour du président français Emmanuel Macron au Cameroun
18/07
Les Lionnes indomptables qualifiées pour les barrages de la Coupe du monde 2023
18/07
Mea Culpa: les camerounais accepteront-ils les excuses de Gaëlle Enganamouit
18/07
Lettre ouverte/Calixthe Beyala au président Macron: «venez-vous pour adouber un homme pour la transition au…
18/07
Emmanuel Macron au Cameroun, c’est confirmé
15/07
Le président de la République nomme de nouveaux responsables au sein de l'armée
15/07
Administration territoriale: le président de la République nomme 14 nouveaux préfets et 57 sous-préfets
15/07
CAN féminine 2022: les Lionnes indomptables éliminées en quart de finale
14/07
Diplomatie: le président Emmanuel Macron annoncé au Cameroun
14/07
Match Cameroun-Nigéria: 5 raisons pour croire à la qualification des Lionnes indomptables
14/07
CAN féminine 2022: les Lionnes parviendront-elles à battre les Super Falcons du Nigéria
14/07
Crise anglophone: l'armée annonce la mort du général ambazonien Field Marshall
Nicole Ricci Minyem

Nicole Ricci Minyem

 

Si les mandats du président, du vice - président et de certains membres ont été renouvelés pour une période de quatre ans,  le Chef de l’Etat a nommé de nouveaux membres au sein de cet organisme, chargé de superviser la mise en oeuvre des procédures électorales au Cameroun 

 

Il s’agit notamment de Ngo Hagbe Bell Clémence Fleur epse Epoh Adyang et Nga Gasper Thairinyuy. 

 

Quelques informations sur les nouveaux arrivants 

 

Ngo Hagbe Bell Clémence Fleur epse Epoh Adyang est Inspecteur Principal des Affaires Sociales. Elle est nantie d’un Master en Droit du Travail et Contentieux de la Prévoyance Sociale – D’une Maîtrise en Droit des Affaires… 

 

Comme expérience professionnelle, Ngo Hagbe Bell Clémence Fleur epse Epoh Adyang a entre autres travaillé dans les Services du Premier Ministre; au ministère des Affaires Sociales…Elle est par ailleurs membre de nombreuses associations. 

 

Nga Gasper Thairinyuy a un Master en littérature anglaise et sciences humaines de la Méditerranée orientale obtenu à l’Université de Chypre. Il a par ailleurs participé à la gestion des élections dans la Région du Nord - Ouest, plus précisément dans le Département Bui…

 

N.R.M

Quelques jours après la découverte des bombes artisanales au marché de Mokolo Emmanuel Djkdent - Préfet du département du Mfoundi a signé ce mercredi un Arrêté Préfectoral 

 

Quelques Articles contenus dans ce document officiel 

 

“ Sont et demeurent à compter de la date de signature du présent Arrêté, interdits sur toute l’étendue du Département du Mfoundi, le dépôt et / ou l’abandon de colis ( sacs, paquets, emballages, plastiques…) dans tous les lieux publics et milieux ouverts au public.

 

Les Forces de Maintien de l’Ordre sont autorisées à procéder à des fouilles de tout colis ou sac jugé suspect, principalement les emballages dits “ plastics noirs”. 

 

La détention non justifiée d’objets susceptibles ( écrous, billes, boulons, clous, morceaux de fer…) est un préparatif dangereux. 

 

Tout contrevenant aux dispositions de l’Article 1er ci - dessus est un suspect. Est également suspecte, toute personne qui se réjouit des difficultés de l’État ou souhaite voir l’État en difficulté. 

 

Le Commandant du Groupement de Gendarmerie du Mfoundi, les Commandants de Compagnie de gendarmerie de Yaoundé 1er, 2e et 3e et les Commissaires Centraux n° 1,2,3 et 4 de la ville de Yaoundé sont chargés de l’exécution du présent Arrêté qui sera enregistré et communiqué partout où besoin sera…/. 


N.R.M  

Le prix, décerné à l’aéroport international de Yaoundé Nsimalen le 21 juin 2022 par les Aéroports du Cameroun a été présenté à Jean Ernest Massena Ngalle Bibehe - ministre des Transports, par Thomas Owona Assoumou - Directeur Général des Aéroports du Cameroun SA, au cours d’une cérémonie protocolaire organisée ce mardi à Yaoundé. 

 

Durant la phase des allocutions, Thomas Owona Assoumou a énuméré les nombreux avantages dont va bénéficier l’aéroport international de Yaoundé Nsimalen:   

 

Thomas Owona Assoumou - Directeur Général des Aéroports du Cameroun SA: “Ainsi, l’aéroport certifié peut voir son niveau de sécurité s’améliorer et à son tour, ce titre contribue à améliorer le taux de conformité USOAP de l’État. 

 

Sur un autre plan, la certification a aussi l’avantage d’augmenter l’attractivité d’une destination, de favoriser la concertation aéronautique, d’aboutir à la signature d’accords aériens et donc d’augmenter la desserte d’un pays…”. 

 

Qu’est ce que c’est que le Certificat d'Aérodrome de classe A   

 

Le Certificat d'Aérodrome de classe A a pour ambition de contribuer au rayonnement de l’aéroport international de Yaoundé-Nsimalen à l’échelle nationale et internationale. 

 

Au cours des deux prochaines années, renouvelables sauf transfert, suspension ou retrait, il va permettre de s’assurer que les équipements et les installations des infrastructures sont conformes aux normes de l’OACI. 

 

La délivrance de ce certificat se déroule en cinq étapes

 

La demande préalable - La demande formelle - L’audit sur place - La délivrance du certificat - La publication du statut de l’aérodrome certifié sur l’AIP (Aeronautical Information Publication Editor’s remarque). 

 

En rappel, ADC SA avait entamé le processus menant à l’obtention de cette certification en 2016, en vertu de la loi n°2013/010 du 24 juillet 2013, portant régime de l’aviation civile au Cameroun, et l’État du Cameroun a  investi près de 10 milliards de FCFA dans sa quête.

 

Nicole Ricci Minyem

C’est la principale thématique qui a meublé les travaux ce mardi, au Cercle Municipal de Maroua, de la réunion semestrielle d’évaluation de ce projet alors que l’on s’achemine vers la clôture du Programme Conjoint Minsanté-AFD-KFW. 

 

Au cours de ces assises, les participants ont principalement examiné les réalisations effectuées pendant le premier semestre de l’année en cours, autour du Projet “Chèque-Santé”, notamment l’identification du patrimoine du programme; La régularisation de toutes les situations financières non-clarifiées dans les formations sanitaires (FOSA), de même qu’au niveau des Antennes de gestion du “Chèque-Santé”, avec les Fonds Régionaux de Promotion de la Santé (FRPS), en particulier le recouvrement ainsi que le reversement des fonds issus de la vente de ces chèques-santé; La réponse à tous les suspends résultants des observations des auditeurs, de l’ensemble des exercices vaincus par le programme. 

 

Les participants ont par ailleurs penser à une reprise en main effective de ce programme par les structures du MINSANTE, à différents niveaux de la pyramide sanitaire, à travers la mise en œuvre du processus de capitalisation planifié et financé par le Plan de Travail Annuel Budgétisé (PTAB 2022 – 2023) du Programme Conjoint, qui, de leur point de vue, doit s’accélérer.

 

Qu’est ce que le “Chèque-Santé”? 

 

Il s’agit d’un mécanisme de prépaiement assurantiel, mutualiste et subventionné à 90%, qui permet d’améliorer l’accessibilité financière aux soins obstétricaux et néonataux de qualité. 

 

Ce programme est considéré comme une réponse du Gouvernement camerounais à la forte mortalité maternelle et infanto-juvénile, mise en lumière par les résultats de l’Enquête Démographique de Santé (EDS 2011). 

 

En effet, la mortalité maternelle était de 782 décès pour 100 000 naissances vivantes en 2011. Ce qui représente près de 5000 femmes qui meurent chaque année en donnant la vie. En ce qui concerne les bébés et les enfants, les données ne sont guère plus reluisantes.

 

L’importance du “ Chèque Santé” pour la femme enceinte 

 

De façon pratique, la femme enceinte qui souscrit au programme “Chèque-Santé” à 6 000 F CFA, s’assure un suivi de sa grossesse, de son accouchement fut-il simple ou compliqué, ce qui inclue une césarienne. Un accompagnement offert gratuitement le cas échéant, dans les FOSA accréditées. 

 

Les trois Régions Septentrionales enregistrent 57 districts de santé et 52 disposent de FOSA accréditées "Chèque-Santé". Il est par ailleurs important de relever que de juin 2015 à mars 2022, le dispositif a vendu 383 522 chèques santé, et accompagné 276 187 femmes à l’accouchement dont 9 547 césariennes. On note également que plus de 219 296 grossesses ont bénéficié de l’échographie. 

 

De manière globale, le Projet Chèque-Santé a permis de renforcer le système de santé. 

 

Le bilan fait par exemple état de l’acquisition de petits équipements; De la réhabilitation de certains bâtiments; De la prise en charge financière de 7115 femmes en 2021; De la transformation des accoucheuses traditionnelles en matrones de référence. Celles - ci  ont suivi et accompagné jusqu'à l'accouchement, 26 300 femmes dans les FOSA… 

 

Dans le régistre des allocutions, 

 

Manaouda Malachie - ministre de la Santé Publique a réaffirmé son engagement, aux côtés de son collègue chargé du ministère des Finances, de gérer diligemment “les importants retards intervenus dans le paiement des factures présentées par les FOSA. Des retards qui entraînent de sérieux dysfonctionnements dans le management desdites structures, et qui mettent en péril tout le dispositif”. 

 

Dans le même ordre d’idées, le patron de la Santé du Cameroun a précisé que: “les Conventions MINSANTE - FRPS seront examinées et signées par les deux parties, bien évidemment après avis des PTF, pour faciliter un assainissement de l’environnement institutionnel, financier et des ressources humaines, dans le partenariat FRPS – Minsanté”. 

 

Le ministre de la Santé Publique a également recommandé une accélération de l’implémentation de l'usage du logiciel “Open Imis”, dans sa phase pilote et du passage à la phase d'application, avant la dernière date limite des fonds C2D du Programme Conjoint.

 

Les partenaires du Minsanté dans le Projet “ Chèque Santé”

 

Ils sont nombreux: l’Agence Française de Développement (AFD);  le Fond d’Investissement allemand KFW ; des Assistants Techniques Internationaux GFA-Hera et GIZ InS…

 

Nicole Ricci Minyem

La rencontre va se dérouler le 19 juillet à Téhéran, dans le cadre d’un sommet sur le cas de la Syrie et finira par un entretien bilatéral avec Recep Tayyip Erdogan.

L’annonce a été faite ce mardi par le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. Il s’agira du deuxième déplacement de Vladimir Poutine à l’étranger, depuis le lancement de son offensive en Ukraine, fin février. 

Vladimir Poutine, le président turc Recep Tayyip Erdogan et le dirigeant iranien Ebrahim Raïssi participeront à “une réunion des chefs d’Etat garants du processus de paix” en Syrie, a déclaré M. Peskov. 

“En sus de cette réunion tripartite, il y aura également un entretien bilatéral avec Erdogan”le même jour, a poursuivi M. Peskov, sans donner de précision, alors que des pourparlers impliquant la Turquie sont en cours pour permettre aux céréales ukrainiennes d’être exportées par la mer Noire.

Le processus d’Astana

La Russie, la Turquie et l’Iran sont trois acteurs majeurs dans le conflit qui ravage la Syrie depuis 2011. Ils ont lancé en 2017 le processus dit d’Astana, qui visait officiellement à ramener la paix dans ce pays. L’annonce du sommet de la semaine prochaine intervient au lendemain d’un accord à l’ONU portant sur l’extension pour six mois d’un mécanisme d’aide transfrontalière à la Syrie, dont Moscou avait initialement bloqué le renouvellement.

La réunion de Téhéran se tiendra aussi alors que M. Erdogan, qui bat le rappel de sa base électorale avant un scrutin présidentiel annoncé comme difficile l’an prochain, menace depuis des semaines de lancer une nouvelle opération militaire contre des combattants pro kurdes dans le nord de la Syrie.

Outre la Syrie, la rencontre bilatérale entre M. Poutine et Erdogan devrait être dominée par des discussions sur l’offensive russe en Ukraine. La Turquie, qui s’efforce d’entretenir de bons rapports avec Kiev et Moscou et se pose en médiatrice, a plusieurs fois proposé son aide pour exporter, via des couloirs maritimes sûrs, les céréales ukrainiennes bloquées en raison du conflit.

Cette proposition n’a été soutenue que d’une manière limitée tant par la Russie que par l’Ukraine.

Mais, qu’est-ce qui n’a pas marché ? Ce questionnement emprunte à notre parler familier, illustre à juste titre, l’expectative dans laquelle se trouve plongée l’opinion, après ce qui semble être un revirement moral de certains acteurs du domaine des Droits de l’Homme.

 

Ceux-là mêmes qui pendant toutes ces années de lutte contre l’agression terroriste sur notre sol, auront fondé leurs réputations et prospérité sur le soutien effrontément apporté à nos oppresseurs auxquels ils n’auront trouvé que des vertus. 

 

Pour ces gardiens d’une certaine conscience, en massacrant à tour de bras hommes, femmes et enfants dans les maisons, les champs et les routes, les terroristes faisaient œuvre de salubrité publique tout autant qu’en passant par les flammes les édifices publics, les biens privés, les écoles, les dispensaires, les structures médico-sanitaires et autres lieux de culte, en incinérant des malades sur leurs lits d’hôpital et des morts dans leurs cercueils, les égorgeurs de la bien-pensance humanitaire rendaient d’incommensurables services a l’humanité. 

 

Et pour faire bonne mesure, ces consciences obnubilées de calculs bassement lucratifs n’avaient de cesse d’imputer ces mêmes inhumanités à nos Forces de Défense et de Sécurité, sans s’épargner au passage, des reproches implicitement adressés à nos populations, pour leur attachement à nos institutions républicaines. 

 

Seulement, voilà ! L’on ne saurait conjuguer au passé, le passif de nos détracteurs les plus acharnés, sur la base d’une sortie épistolaire. Le faire reviendrait à manquer de persistance mémorielle, de perspicacité intellectuelle, et de clarté prospective. Oubli, superficialité et cécité nous exposant aux coups fourrés qu’il est permis de subodorer derrière cet écran de fumée.

 

Il est en effet avéré que les exploitants de la filière droit-de-l’hommiste sont depuis devenus des officines d’influence à la solde des plénipotentiaires de l’hégémonie globale. 

A partir de cette grille de lecture, il convient d’insérer le récent semblant de revirement à 180 degrés desdits entrepreneurs prépondérants, dans le registre des manœuvres de diversion psychologique, uniquement destinées à obtenir par la souplesse cognitive et émotionnelle, ce qui jusqu'à présent ne l’aura été ni par la pression, encore moins par la terreur.

Par ces temps d'ambiguïté où plane le spectre d’une conflagration d'ampleur planétaire, les camps en rivalité de virilité ratissent large dans la quête d’une piétaille devant alimenter leurs champs de bataille, quitte pour cela à donner l’impression de se renier publiquement.

Une inversion morale, une roublardise intellectuelle, une pantalonnade idéologique dont devra se méfier toute personne ayant sa cervelle solidement ancrée dans sa tête, plutôt que dans son ventre ou ses bras. 

En tout état de cause, et jusqu’à plus ample informé sur ce qui n’a pas marché, gardons vivace à l’esprit qu’embrasser son ennemi pour mieux l’étouffer, est un vieil axiome étranger aux peuples d’Afrique. Il est toujours en vigueur !

Capitaine de Vaisseau

ATONFACK GUEMO

Chef de Division de la Communication - MINDEF

Telle est la principale raison d’être de l’atelier de validation du rapport d’analyse des données de la Santé de Reproduction des adolescents et des jeunes au sein des formations sanitaires qui s’est tenu à Ebolowa il y’a quelques jours. 

 

Au cours de ces assises, la Direction de la Santé Familiale a fait une analyse des données collectées et relatives à l’accessibilité, ainsi qu’à l’utilisation des services par ce public cible, en cette période considérée comme cruciale de son existence. 

 

Au cours de la présentation des données et de l’analyse situationnelle des Unités de Santé de Reproduction des adolescents (Usra) au Cameroun, l’on a relevé que la plupart des Fosa visités ( Est - Adamaoua - Nord - Extrême Nord - Centre) ne disposent pas d’espaces dédiés aux adolescents et jeunes. 

 

De plus, 

 

Des préoccupations liées à la disponibilité des intrants et au plateau technique, pas toujours adéquat de certaines Fosa, viennent s’ajouter au déficit de formation du personnel dans le domaine. 

 

“Deux aspects prioritaires sur lesquels il faut agir en urgence, afin d’améliorer la performance des Usra avec un impact sur la réduction significative de la mortalité maternelle”, a laissé entendre l’un des experts invité dans le  cadre de cet atelier. 

 

Il a ajouté que “Cela passe par le renforcement de la Santé de la Reproduction des adolescents dans le système sanitaire, mais aussi par la mise en place des services adaptés aux adolescents ainsi qu’aux jeunes qui auront désormais une accessibilité plus aisée des différents soins”. 

 

Activités 

 

Au cours des travaux dont l’objectif était d’évaluer l’offre de services dans les Usra, de formuler des recommandations et d’apprécier l’opportunité d’extension des Usra à l’échelle nationale et auxquels ont pris part de nombreux partenaires et sectoriels, à l’instar de Vital Stratégies, Camnafaw, Unicef, Unfpa, Oms, Plan International Cameroun, Minjec…, le Directeur de la Santé Familiale a de prime abord, précisé les enjeux et les défis à relever par cette problématique…

 

Il faut également souligner que l’essentiel des travaux s’est déroulé dans les groupes;  Le rapport général, la lettre circulaire et la note d’information soumis en plénière ont fait l’objet d’amendements et de validation.  

 

N.R.M

Il s’agit là d’un nouvel élément de la coopération entre le Cameroun et l’Ordre souverain, militaire et hospitalier Saint Jean de Jérusalem, de Rhodes et de Malte. 

 

Et cette fois, c’est le Centre Rohan-Chabot de Ziling, construit dans le Département du Mayo-Tsanaga, Région de l’Extrême-Nord qui est à l’honneur. 

 

Présentation de la maternité 

 

Ce lundi, pendant la cérémonie officielle de rétrocession, Manaouda Malachie - ministre de la Santé Publique qui était à l’occasion, accompagné par une forte délégation, a découvert un bâtiment flambant neuf, constitué d’une salle d’accouchement, d’une salle d’observation à deux lits, d’une salle d’hospitalisation à trois lits, d’une salle de soins, d’une salle d’échographie, d’une salle de garde, d’une salle d’écoute, d’une buanderie et d’un bloc de quatre sanitaires. 

 

Le ministre de la Santé Publique a par ailleurs constaté qu’une ambulance médicalisée et déjà opérationnelle, est disponible pour toute éventuelle évacuation, vers une formation médicale mieux équipée; En cas de besoin, les parturientes auront droit à des soins plus intensifs. 

 

Le Docteur Manaouda Malachie a donc rencontré une équipe de professionnels mieux outillée, majoritairement composée de sœurs religieuses infirmières, présentes depuis la création de ce Centre; Elles seront dorénavant soutenues par quatre médecins mis à disposition par le gouvernement camerounais, à travers le Ministère de la Santé publique. 

 

Ce sont ces professionnels qui vont assurer les consultations prénatales, les accouchements ainsi que les soins post-partum. Tous ont pour ambition d’atteindre le cap de huit cent (800) accouchements par an et dans des conditions idoines. 

 

Et dans les discours prononcés à l’occasion de la cérémonie de ce 11 juillet 2022, les différents intervenants se sont accordés sur un point: “Avec cette nouvelle acquisition, la Région de l’Extrême-Nord a franchi un cap important dans le domaine crucial de la couverture santé”.

 

En rappel, 

 

Le Centre Rohan Chabot a ouvert ses portes en 1972 après deux années de travaux; Il a été construit sur une superficie de 100 hectares, dans la localité de Ziling, plus précisément à cinq kilomètres de Mokolo- Département du Mayo-Tsanaga.  

 

Ce fut d’abord une léproserie, qui plus tard devint un dispensaire, ensuite un atelier d’appareillage et de rééducation, et enfin, un Centre de nutrition pour jeunes enfants de familles déshéritées. 

 

De plus, 

 

Il est important de relever que cette Région est considérée comme celle ayant le plus fort taux de natalité au Cameroun, (quinze enfants par familles officiellement recensées); Le ministre de la Santé Publique et ses partenaires ont donc pensé qu’il devenait crucial de mieux sécuriser le processus de procréation et de régulation des naissances. 

 

Une résolution qui prend ancrage dans la décision prise par le Président de la République du Cameroun, en juillet 2018, d’octroyer une subvention d’un montant de 1.200.000 Euros, (Un million deux cent mille), sur crédit franco-camerounais C2D; Ladite subvention a été répartie entre la construction d’une maternité à Mokolo et la modernisation de l’Hôpital Saint Jean de Malte à Njombé. 

 

Retour historique 

 

L’Ordre Souverain et Militaire de Malte a été fondé depuis 1099, sous la dénomination de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem. Il entretient depuis des années, un fructueux partenariat avec l’Etat du Cameroun et, au cours de la cérémonie de rétrocession de la maternité de ce lundi, les différentes parties ont redit leur volonté d’aller toujours de l’avant,  notamment dans le secteur de la santé, comme on peut le lire dans cet extrait du discours prononcé par le ministre de la Santé Publique:  

 

“L’inauguration de cette maternité voulue par les pouvoirs publics et construite avec l’aide déterminante de l’Ordre Souverain et Militaire de Malte au Cameroun, vient à coup sûr rehausser à la fois en termes de qualité, mais aussi de quantité, le plateau technique de prise en charge des femmes enceintes en particulier, mais généralement dans le domaine de la santé des populations dans le Département du Mayo-Tsanaga et de l’Arrondissement de Mokolo, en particulier”. 

 

Autre chose

 

Dans le cadre de la lutte contre le choléra, l’Ordre de Malte est présent aux côtés du Ministère de la Santé publique. Par ailleurs, l’ordre religieux a assuré plusieurs missions de soutien aux hôpitaux de Douala et Yaoundé, en charge du Covid-19 initié et contrôlé par l’OMS.

 

Nicole Ricci Minyem

Dans une sortie au cours de laquelle il analyse les propos de Guibai Gatama - membre du Comité Exécutif de l’instance faîtière du football Camerounais, Me Christian Ntimbane Bomo fait appel à deux Articles contenus dans les Statuts de la Fecafoot: Les Articles 46 et 36

 

Analyse des textes de la Fédération Camerounaise de Football 

 

L’Article 46 des statuts de la Fecafoot précise que pour être éligible à la présidence de la Fecafoot, il faut remplir les conditions générales d’éligibilité prévues par les statuts de la Fecafoot. 

 

“ Pour être candidat à la présidence de la Fecafoot, tout camerounais des deux sexes âgé au moins de vingt - un (21) ans et au plus de soixante et dix ( 70) ans révolus et remplissant les conditions générales d’éligibilité prévues dans les présents statuts. 

 

Or, il découle que les seules conditions générales d'éligibilité prévues par les statuts de la Fecafoot sont prévues à l’Article 36. 

 

Article 36: Conditions générales d’éligibilité

 

  1. C) N’avoir pas été condamné à une peine définitive privative de liberté sans sursis supérieure à trois ( 03) mois; 

 

  1. D) N’avoir pas été condamné à une peine définitive privative de liberté assortie de sursis simple ou avec probation supérieure à six (06) mois. 

 

En d’autres termes, pour être éligible à la fonction de président de la Fecafoot, il ne faut pas avoir été condamné à une peine d’emprisonnement de plus de 03 mois. 

 

Ainsi celui qui a une condamnation de plus de 03 mois de prison, ce qui est le cas du président en exercice de la Fecafoot devient inéligible à la fonction. 

 

Maintenant quelles sont les conséquences de la condamnation pénale d’un président de la Fecafoot en cours de mandat? 

 

Article 36 des Statuts de la Fecafoot: “ Le poste de président sera considéré comme vacant en cas de décès, de démission, d’exclusion, ou si ledit président se retrouve en situation d’incompatibilité ou d’inéligibilité en cours de mandat…

 

Donc tous ceux qui prétendent que les conditions d’inéligibilité ne sont prévues ou effectives que pendant l’élection se trompent. Les conditions d’inéligibilité doivent aussi être respectées en cours de mandat…”. 

 

Respect de l’État de Droit 

 

Me Christian Ntimbane Bomo ajoute ceci: 

 

“Malgré les invectives des aficionados et autres passionnés émotifs de Samuel Eto’o Fils qui veulent murer au silence tous ceux qui ne partagent pas leur passion émotionnelle, parfois déraisonnée pour ce dernier, et vu l’importance du football dans la société Camerounaise et surtout de notre lutte pour la consolidation de l’État de droit, il devient impératif de donner sans états d’âmes, chaque fois que ce sera nécessaire, la position du droit dans les affaires de la Fecafoot. 

 

De go, Guibai Gatama a parfaitement raison sur le plan juridique de soulever le cas de la vacance à la présidence de la Fecafoot. 

 

En effet, Samuel Eto’o étant devenu inéligible à la fonction de président de la Fecafoot, il y’a vacance de droit à la présidence de la Fecafoot. Il revient donc à Céline Eko Vice - présidente de cette instance de l’occuper. 

 

A défaut, tous les actes posés par Eto’o Fils depuis sa condamnation devant la justice espagnole à une peine d’emprisonnement, sont juridiquement nuls et de nul effet”.  


N.R.M   

Dans un Communiqué de presse rendu public ce dimanche, le ministre de l'Elevage, des Pêches et des Industries Animales affirme sans ambages que ce qui est dit dans les réseaux sociaux est faux:  

 

“ Un texte publié dans les réseaux, sans vérification préalable, fait état d’une épidémie qui décimerait des bovins dans la Région du Nord - Ouest.  

 

Le ministre de l’Élévage, des Pêches et des Industries Animales dément catégoriquement cette fausse information dénuée de tout fondement, et destinée à créer la psychose. 

 

Le Minepia condamne avec fermeté cette manipulation de l’opinion, et tient à rassurer le public que les images qui accompagnent le texte, celles des animaux et de l’homme portant des éruptions cutanées ont été prises ailleurs qu’au Cameroun. 

 

Le ministre de l'Elevage, des Pêches et des Industries Animales invite par conséquent les populations à la sérénité et à continuer à consommer sans crainte la viande de bœuf régulièrement consommée par les services vétérinaires”.   


N.R.M

Page 1 sur 91






Sunday, 05 June 2022 11:01