25/10
Christian Wangue, l’éphémère empire d’un journaliste africain « en congé »
14/10
Pratiques mafieuses au Cameroun : Mediapart remporte le procès contre Bolloré
23/09
Préparatifs Mondial 2022 : Toko Ekambi forfait pour le match Cameroun-Ouzbékistan.
21/09
La bataille d’équipementier conduit à un bashing entre Samuel Eto’o et Yannick Noah
25/07
L’Union Africaine se félicite de la reprise des exportations de céréales d’Ukraine et de Russie
21/07
Football: la FIFA condamne le Cameroun à payer plus d’un milliard de FCFA au portugais…
20/07
Affaire de mœurs: la sex tapeuse Cynthia Fiangan a passé sa première nuit en prison
19/07
Le Cameroun veut importer 400 000 tonnes de riz en 2022
19/07
Droits de l’homme: Le REDHAC vole au secours du Directeur de publication du journal Le…
19/07
L’ancien Lion indomptable Stéphane Mbia risque la prison en Espagne
19/07
Découvrez le programme du séjour du président français Emmanuel Macron au Cameroun
18/07
Les Lionnes indomptables qualifiées pour les barrages de la Coupe du monde 2023
18/07
Mea Culpa: les camerounais accepteront-ils les excuses de Gaëlle Enganamouit
18/07
Lettre ouverte/Calixthe Beyala au président Macron: «venez-vous pour adouber un homme pour la transition au…
18/07
Emmanuel Macron au Cameroun, c’est confirmé
15/07
Le président de la République nomme de nouveaux responsables au sein de l'armée
15/07
Administration territoriale: le président de la République nomme 14 nouveaux préfets et 57 sous-préfets
15/07
CAN féminine 2022: les Lionnes indomptables éliminées en quart de finale
14/07
Diplomatie: le président Emmanuel Macron annoncé au Cameroun
14/07
Match Cameroun-Nigéria: 5 raisons pour croire à la qualification des Lionnes indomptables
  • Vous êtes ici :  
  • Accueil
  • Tribune Libre
  • Honorable François Biba: “ Ma tête chauffe et bientôt explosera car la musique au Cameroun est une bombe à retardement”.

Honorable François Biba: “ Ma tête chauffe et bientôt explosera car la musique au Cameroun est une bombe à retardement”.

mardi, 21 juin 2022 15:26 Nicole Ricci Minyem

Tel est le ressenti du Député Pcrn qui n’a pas voulu rester silencieux en ce jour de commémoration de la Fête de la Musique…”.

 

"La musique partout, le concert nulle part" 

La fête de la musique est née en 1982 en France. L'idée principale était de faire jouer les musiciens amateurs dans la rue afin de promouvoir la musique et ainsi la démocratiser.

Son slogan: "Faites la fête, faites de la musique".

C'est "une révolution dans le domaine de la musique, qui tend à faire se rencontrer toutes les musiques – sans hiérarchie de genre ni d’origine – dans une commune recherche de ce que Maurice Fleuret appelait 'une libération sonore, une ivresse, un vertige qui sont plus authentiques, plus intimes, plus éloquents que l’art'"

Elle est bien loin l'époque où, avec nos parents, nous écoutions les belles mélodies aux paroles envoûtantes, s'égrener sur les disques de platine, les radios cassettes. Bien loin l'époque où Eboa Lotin dans un langage soutenu nous dévoilait la complexité de la vie.

Aujourd'hui dans un langage cru, on nous demande de manger ce qu'on peut ch..ier

Dans un langage ordurier, l'on nous annonce qu'on ne ...ine plus.

Dans un environnement où la jeunesse est à la dérive, adepte du culte du moindre effort et de la vie facile, le message que transmet l'artiste camerounais c'est "l'argent avant de bombarder"

Que célébrons-nous donc autour de la fête de la musique? Rassurez-nous, pas "la position ciseaux" jouée en boucle dans les cabarets.

Des messages tournés vers le dessous de la ceinture. Des artistes-influenceurs d'une vulgarité à nulle autre pareille.

Doit-on croire que notre société n'a que des problèmes de libido?

Doit-on croire que l'artiste n'a plus aucun message à véhiculer? Aucune valeur morale à enseigner?

Heureusement avons-nous envie de dire comme en toute chose, tout n'est pas noir. Encore heureux. Mais tellement rare, comme une aiguille dans une botte de foin.

Elle est vraiment passée,  l'époque de nos cahiers où dans toute l'innocence qui nous caractérisait nous nous donnions à cœur joie dans les petits plaisirs de la vie. L'époque où on ne cherchait pas nos caleçons chez le voisin. En effet ça a cuit et à point, la jeunesse est dans la sauce de la dépravation.

Bah non ils n'ont rien fait innocents artistes qui ne cherchent que le nyama.

Pouvons-nous le leur reprocher ? A ce qu'il paraît c'est ce genre musical qui paie et ouvre les portes de la célébrité.

Toutefois nous sommes azombo et gardons espoir que malgré tout, nous retrouverons ces sonorités enivrantes issues des profondeurs de nos traditions et de notre culture pourtant riches et encore inexploitées.

Mais au terme de toute cette euphorie et célébration, l'artiste camerounais retournera à son quotidien qui, pour bon nombre n'est pas des plus glorieux. Des droits d'auteur d'un montant ridiculement bas. Que penser lorsqu'après 1 an un artiste touche une enveloppe de 5000 FCFA ( à noter que pour certains il faudra diviser ce montant par 10) faisant de l'artiste camerounais un éternel mendiant. 

Nous avons cette année, vu des blagues circuler sur les réseaux sociaux à propos d'artistes partis avec 250 FCFA de reliquat. C'est peut-être risible mais cela montre à suffisance combien l'artiste camerounais souffre et est maintenu dans cet état. 

Avec une cacophonie dans l'organisation des droits d'auteur, des promoteurs et organisateurs de spectacles peu ou pas professionnels, des exploitants des œuvres de l'esprit qui, sans impunité diffusent en boucle sur les chaînes de télévision, les antennes radio, les boîtes de nuit et autres lieux de détente sans être soumis aux paiement des droits d'auteur.

Ma tête chauffe et bientôt explosera car la musique au Cameroun est une bombe à retardement”.

Leave a comment

A la faveur d’un conseil d’administration extraordinaire tenu ce mardi à Yaoundé, l’équipe dirigeante de la Société Immobilière du Cameroun a été…

Agenda

«November 2022»
MonTueWedThuFriSatSun
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930    






Sunday, 05 June 2022 11:01