25/10
Christian Wangue, l’éphémère empire d’un journaliste africain « en congé »
14/10
Pratiques mafieuses au Cameroun : Mediapart remporte le procès contre Bolloré
23/09
Préparatifs Mondial 2022 : Toko Ekambi forfait pour le match Cameroun-Ouzbékistan.
21/09
La bataille d’équipementier conduit à un bashing entre Samuel Eto’o et Yannick Noah
25/07
L’Union Africaine se félicite de la reprise des exportations de céréales d’Ukraine et de Russie
21/07
Football: la FIFA condamne le Cameroun à payer plus d’un milliard de FCFA au portugais…
20/07
Affaire de mœurs: la sex tapeuse Cynthia Fiangan a passé sa première nuit en prison
19/07
Le Cameroun veut importer 400 000 tonnes de riz en 2022
19/07
Droits de l’homme: Le REDHAC vole au secours du Directeur de publication du journal Le…
19/07
L’ancien Lion indomptable Stéphane Mbia risque la prison en Espagne
19/07
Découvrez le programme du séjour du président français Emmanuel Macron au Cameroun
18/07
Les Lionnes indomptables qualifiées pour les barrages de la Coupe du monde 2023
18/07
Mea Culpa: les camerounais accepteront-ils les excuses de Gaëlle Enganamouit
18/07
Lettre ouverte/Calixthe Beyala au président Macron: «venez-vous pour adouber un homme pour la transition au…
18/07
Emmanuel Macron au Cameroun, c’est confirmé
15/07
Le président de la République nomme de nouveaux responsables au sein de l'armée
15/07
Administration territoriale: le président de la République nomme 14 nouveaux préfets et 57 sous-préfets
15/07
CAN féminine 2022: les Lionnes indomptables éliminées en quart de finale
14/07
Diplomatie: le président Emmanuel Macron annoncé au Cameroun
14/07
Match Cameroun-Nigéria: 5 raisons pour croire à la qualification des Lionnes indomptables
  • Vous êtes ici :  
  • Accueil
  • Economie
  • Entreprises
  • Décision de justice : la Cour de justice de la Cemac réhabilite le Conseil d’administration de Banque Atlantique du Cameroun

Décision de justice : la Cour de justice de la Cemac réhabilite le Conseil d’administration de Banque Atlantique du Cameroun

mercredi, 29 décembre 2021 13:47 Innocent D.H.

Telle est la teneur d’une ordonnance de sursis à exécution rendue ce 28 décembre 2021 par la Cour de justice de la Cemac, basée à Ndjamena, la capitale tchadienne.

 

« Statuant publiquement, en matière de sursis à exécution, en appel et en dernier ressort, déclarons le recours en annulation recevable ; recevons par voie de conséquence le recours en sursis à exécution ; ordonnons le sursis à exécution de la décision Cobac (…) du 27 août 2021 portant démission d’office du président du conseil d’administration, Monsieur Léon Koffi Konan, et l’ensemble des membres du Conseil d’administration de la Banque Atlantique du Cameroun (BACM) ; disons que la présente ordonnance est exécutoire de plein droit et n’est pas susceptible de recours… », peut-on lire dans l'ordonnance rendue par la Cour de justice de la Cemac.

De sources dignes de foi, cette ordonnance fait suite à deux recours introduits auprès de la Cour le 16 novembre 2021 par la Banque Atlantique Cameroun. L'on apprend que le premier recours vise l’annulation de toutes les sanctions (quatre au total) prises le 27 août 2021 par la Commission bancaire de l’Afrique centrale (Cobac) contre BACM, tandis que le second porte sur le sursis à exécution de la décision de la Cobac démettant tous les membres du Conseil d’administration de cette banque.

En attendant de donner suite au recours par lequel BACM sollicite l’annulation pure et simple des sanctions de la Cobac à son encontre, la Cour de justice de la Cemac ordonne d’abord la suspension de la décision démettant les membres du Conseil d’administration de cet établissement de crédit.

 « L’exécution immédiate de cette décision entraînerait des conséquences graves et irréparables », et pourrait entraîner un « risque systémique », précise la banque. Ceci dans la mesure où, poursuit la banque, les « autres entités du groupe auquel appartient BACM subissent également les répercussions négatives de la décision de la Cobac, en particulier sur le plan des relations avec les correspondants et les organes de régulation des juridictions où le groupe est implanté, ou envisage de l’être (UMOA, Comores, île Maurice, Madagascar) ». Par ailleurs, BACM révèle qu’à la suite de la publication de cette sanction de la Cobac, « les négociations engagées par le groupe avec les bailleurs de fonds internationaux ont été suspendues, avec des perspectives négatives quant à leur issue… ».

 

Les avocats de BACM ont invoqué six moyens pour la défense de leur client afin de convaincre les juges de la Cour de justice de la Cemac. Il s’agit, entre autres motifs, de la violation des dispositions de la charte de conduite des missions de contrôle sur place, instituée par la Cobac elle-même en 2010 ; de la violation des dispositions du règlement Cobac portant organisation des procédures des sessions de la Cobac ; de la violation des dispositions du règlement Cobac relatives aux modalités de convocation des dirigeants d’un établissement ; de la violation des dispositions de l’annexe de la convention du 16 octobre 1990 portant création de la Cobac, etc. Indiquons que, les deux autres motifs présentés par BACM sont relatifs à l’inadéquation entre le contenu de la convocation servie aux dirigeants de la banque et le motif de blanchiment des capitaux finalement invoqué pour soutenir les sanctions prises à l’encontre de BACM, d’une part, et aux entorses dans les procédures de notification desdites sanctions aux dirigeants de la banque, d’autre part.

Innocent D H

 

 

 

Leave a comment

L'Assemblée générale du Centre international d'études pour la conservation et la restauration des biens culturels (l'ICCROM) se tiendra le 30 et 31…

Agenda

«May 2024»
MonTueWedThuFriSatSun
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  






Sunday, 05 June 2022 11:01