25/10
Christian Wangue, l’éphémère empire d’un journaliste africain « en congé »
14/10
Pratiques mafieuses au Cameroun : Mediapart remporte le procès contre Bolloré
23/09
Préparatifs Mondial 2022 : Toko Ekambi forfait pour le match Cameroun-Ouzbékistan.
21/09
La bataille d’équipementier conduit à un bashing entre Samuel Eto’o et Yannick Noah
25/07
L’Union Africaine se félicite de la reprise des exportations de céréales d’Ukraine et de Russie
21/07
Football: la FIFA condamne le Cameroun à payer plus d’un milliard de FCFA au portugais…
20/07
Affaire de mœurs: la sex tapeuse Cynthia Fiangan a passé sa première nuit en prison
19/07
Le Cameroun veut importer 400 000 tonnes de riz en 2022
19/07
Droits de l’homme: Le REDHAC vole au secours du Directeur de publication du journal Le…
19/07
L’ancien Lion indomptable Stéphane Mbia risque la prison en Espagne
19/07
Découvrez le programme du séjour du président français Emmanuel Macron au Cameroun
18/07
Les Lionnes indomptables qualifiées pour les barrages de la Coupe du monde 2023
18/07
Mea Culpa: les camerounais accepteront-ils les excuses de Gaëlle Enganamouit
18/07
Lettre ouverte/Calixthe Beyala au président Macron: «venez-vous pour adouber un homme pour la transition au…
18/07
Emmanuel Macron au Cameroun, c’est confirmé
15/07
Le président de la République nomme de nouveaux responsables au sein de l'armée
15/07
Administration territoriale: le président de la République nomme 14 nouveaux préfets et 57 sous-préfets
15/07
CAN féminine 2022: les Lionnes indomptables éliminées en quart de finale
14/07
Diplomatie: le président Emmanuel Macron annoncé au Cameroun
14/07
Match Cameroun-Nigéria: 5 raisons pour croire à la qualification des Lionnes indomptables
  • Vous êtes ici :  
  • Accueil
  • Tribune Libre
  • Appel à l’insurrection de Maurice Kamto : « Voici pourquoi les Camerounais ne pourront répondre aux appels de soulèvement »

Prix du Hadj 2022: ce que le député Cabral Libii demande au gouvernement de faire pour contenter les musulmans en colère

mardi, 31 mai 2022 15:53 Liliane N.

Le président du Parti camerounais pour la réconciliation nationale Cabral Libii demande au gouvernement de fixer un prix raisonnable du Hadj dans la fourchette comprise entre 2,6 millions et 2,8 millions.

En dépit des explications fournies par le ministre de l’Administration territoriale Paul Atanga Nji sur la hausse du prix du Hadj 2022, les fidèles musulmans ne décolèrent pas. Dans un communiqué, le membre du gouvernement a indiqué que cette édition du Hadj va couter trois millions deux cent quatre-vingt quatorze mille (3 294 000) FCFA.

«Ce prix, contrairement à celui de l’année 2019, connaît une augmentation due notamment à la combinaison de trois principaux facteurs exogènes à savoir : le cours élevé du dollar, la hausse significative du prix des services Moassassa (plus de 300%) décidée par les autorités saoudiennes et la TVA qui est passée de 5 à 15% en Arabie Saoudite », a expliqué le ministre Atanga Nji.

Dans une tribune rendue publique sur sa page facebook, le député Cabral Libii suggère au gouvernement la fourchette de 2,6 millions à 2,8 millions de FCFA, pour le prix du Hadj.

Retrouvez ci-dessous les propositions de l’honorable Cabral Libii

COLÈRE DES MUSULMANS AU SUJET DU PRIX DU HADJ 2022 : L’APPEL À UN ÉTAT QUI PROTÈGE LES CROYANTS

Par Honorable Cabral LIBII

Le 27 mai 2022, le Ministre de l’Administration Territoriale, Président de la Commission Nationale du HADJ, a rendu public le prix du HADJ 2022. Il s’élève à 3 294 000 FCFA, montant qui constitue la somme de 11 postes de dépenses énumérés dans le communiqué. En 2019, date de la dernière édition, le prix s’élevait à 2 292 000 FCFA. Il y a donc une augmentation de plus de 01 million de FCFA.

Cette augmentation est jugée abusive et inacceptable par les musulmans camerounais, malgré les justifications fournies par le MINAT dans son communiqué du 27 mai, notamment :

- Le cours élevé du dollar ;

- La hausse du prix des services Moassassa par les autorités saoudiennes ;

- L’augmentation de la TVA de 5% à 15%.

  L’Association Islamique Culturelle du Cameroun (ACIC) a sollicité à cet effet l’arbitrage du Président de la République en contestant ce qu’elle qualifie de « forte injonction de l’Etat » et de « mafia », tout en rappelant par comparaison, les tarifs en vigueur au Tchad et en Centrafrique voisins qui seraient beaucoup moins élevés.

Les musulmans relèvent globalement quatre problèmes saillants :

- Le retour à une centralisation étouffante du MINAT imposée aux pèlerins en supprimant l’enregistrement au niveau communal et départemental pour l’instituer exclusivement dans les services des Gouverneurs de Régions ;

- La médiocrité du service d’accompagnement au lieu du pèlerinage caractérisée parfois par l’abandon pur et simple des pèlerins ;

- Le caractère exorbitant du prix ;

- L’opacité des modalités d’obtention de l’agrément d’encadreur.

L’indignation générale autour de cette nouvelle tarification met en relief l’affairisme rampant qui se développe malheureusement autour de l’organisation du Hadj. S’il est vrai que les tarifs du HADJ sont en augmentation partout dans le monde, il demeure que les proportions de cette augmentation au Cameroun sont sujettes à caution. 

CE QU’IL FAUT FAIRE POUR APAISER

- La gratuité des tests COVID pour les participants ;

- L’allègement des procédures administratives et un retour à la décentralisation ;

- La levée de l’opacité sur le processus de recrutement des encadreurs ;

- La réforme de la commission du HADJ afin que sa présidence soit assurée par un musulman ayant déjà participé au HADJ, ce qui offre la garantie d’une meilleure compréhension des enjeux y relatifs.

Une large majorité de musulmans s’accordent pour dire qu'il est possible de fixer un prix raisonnable du Hadj dans la fourchette comprise entre 2,6 millions et 2,8 millions. Le rôle protecteur de l’Etat consiste aussi à garantir l’épanouissement spirituel des citoyens. Et comme par le passé cet objectif peut être atteint au moyen d’une subvention de l’Etat. Nous respectons la volonté de ceux des musulmans qui souhaitent vivre, dans un effort personnel méritoire, avec dignité, sobriété et discrétion ce pilier de leur religion, mais il est aussi des musulmans, plus nombreux, qui n'avaient pas anticipé une telle inflation de ce coût. Il est du devoir de l'État, non point de leur faire aumône, mais de les PROTÉGER.

J'invite tous mes collègues parlementaires musulmans à prendre leurs responsabilités afin qu'une issue rapide soit trouvée aux inquiétudes des croyants voulant effectuer le 5ème pilier de l'ISLAM après deux années d'interruption.

Leave a comment

En sa qualité de coordonnateur du Comité national de désarmement, de démobilisation et de réintégration des ex-combattants dans les régions en crise,…

Agenda

«April 2024»
MonTueWedThuFriSatSun
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930     






Sunday, 05 June 2022 11:01