25/10
Christian Wangue, l’éphémère empire d’un journaliste africain « en congé »
14/10
Pratiques mafieuses au Cameroun : Mediapart remporte le procès contre Bolloré
23/09
Préparatifs Mondial 2022 : Toko Ekambi forfait pour le match Cameroun-Ouzbékistan.
21/09
La bataille d’équipementier conduit à un bashing entre Samuel Eto’o et Yannick Noah
25/07
L’Union Africaine se félicite de la reprise des exportations de céréales d’Ukraine et de Russie
21/07
Football: la FIFA condamne le Cameroun à payer plus d’un milliard de FCFA au portugais…
20/07
Affaire de mœurs: la sex tapeuse Cynthia Fiangan a passé sa première nuit en prison
19/07
Le Cameroun veut importer 400 000 tonnes de riz en 2022
19/07
Droits de l’homme: Le REDHAC vole au secours du Directeur de publication du journal Le…
19/07
L’ancien Lion indomptable Stéphane Mbia risque la prison en Espagne
19/07
Découvrez le programme du séjour du président français Emmanuel Macron au Cameroun
18/07
Les Lionnes indomptables qualifiées pour les barrages de la Coupe du monde 2023
18/07
Mea Culpa: les camerounais accepteront-ils les excuses de Gaëlle Enganamouit
18/07
Lettre ouverte/Calixthe Beyala au président Macron: «venez-vous pour adouber un homme pour la transition au…
18/07
Emmanuel Macron au Cameroun, c’est confirmé
15/07
Le président de la République nomme de nouveaux responsables au sein de l'armée
15/07
Administration territoriale: le président de la République nomme 14 nouveaux préfets et 57 sous-préfets
15/07
CAN féminine 2022: les Lionnes indomptables éliminées en quart de finale
14/07
Diplomatie: le président Emmanuel Macron annoncé au Cameroun
14/07
Match Cameroun-Nigéria: 5 raisons pour croire à la qualification des Lionnes indomptables
  • Vous êtes ici :  
  • Accueil
  • Tribune Libre
  • Mamadou Mota traité de «mouton», le PCRN de Cabral Libii s'excuse

Abbé Jean Armel Bissi : “Des sources concordantes attestent que l’Abbé Emilien Messina n’est pas séropositif”

mardi, 24 mai 2022 09:37 Nicole Ricci Minyem

Le prêtre n’est pas d’accord par la décision prise par Mgr Atanga qui, sans avoir attendu la fin des enquêtes et moins encore la décision finale de la justice avant de sanctionner l’abbé Émilien Messima, accusé d’avoir violé “ une jeune fille de 14 ans” et de lui avoir transmis le Vih Sida.  

 

Si Mgr Atanga croyait à son prêtre, il aurait pu attendre que l’enquête en cours devant la justice aboutisse, avant de le sanctionner. En effet, on peut accuser un prêtre des faits qu’il n’a pas commis. Or, Mgr semble avoir cédé à la pression de la foule. Comme Ponce Pilate, il s’est lavé les mains.

De même, si Monseigneur croit à la justice de son pays, il aurait aussi attendu que le juge se prononce avant de donner la suite canonique y afférente. 

Or, en l’état actuel des choses, sa décision motive plutôt celle que devra rendre le juge étatique sur une affaire que son prêtre peut n’avoir pas commise, puisque sa culpabilité n’est pas encore établie. 

Des sources concordantes attestent d’ailleurs que l’Abbé Emilien Messina n’est pas séropositif, du fait d’un test de VIH qu’il a passé après les accusations portées contre lui et dont le résultat circule sur les réseaux sociaux. 

Des bouches moins autorisées révèlent aussi que la plaignante n’a pas 14 ans. En ce moment précis, rien ne devrait donc encore fonder la décision canonique que vient de signer Mgr Atanga.

Comme prêtre et citoyen, la note de Mgr Atanga me révolte. On ne demande pas de couvrir le péché. Mais, toute personne a droit à un procès équitable. 

La décision de Mgr Atanga expose son prêtre à défaut de le vendre à un monde dans lequel la figure du prêtre est à bannir. Qu’est ce qui ne se fait pas entendre aujourd’hui à l’endroit des prélats catholiques relativement aux questions de sexualité ? 

Tout un Évêque a été labouré au Cameroun ces derniers mois par un activiste qui l’accuse d’avoir une femme et quatre enfants en Hollande. Mais, cela n’a jamais suffi pour que le Saint Siège retire cet évêque de son siège épiscopal. 

Aucune preuve n’étant établie, le Saint Père ne s’est jamais prononcé sur ces faits calomnieux. Pourquoi Mgr Atanga ne doit-il pas faire pareil, tant que les preuves incriminant l’abbé Émilien Messina ne sont pas établies ?

Il nous faut tous dénoncer toutes les formes d’injustice qui contrarient l’Évangile de notre Seigneur Jésus-Christ, tant au sein de l’Eglise qu’en dehors. Aucun serviteur de Dieu ne doit être livré en pâture à des mensonges ou encore à des artifices criards. 

En effet, tant que le juge Camerounais ne s’est pas prononcé sur l’abbé Emilien Messina, toutes les accusations portées contre lui sont contestables et ne devraient pas motiver un désamour du clergé à son endroit”.

 

N.R.M

 

Leave a comment

Dans une vidéo qui circule dans les réseaux sociaux depuis ce matin, ils se disent disposés à donner la réplique à ces…

Agenda

«March 2024»
MonTueWedThuFriSatSun
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031






Sunday, 05 June 2022 11:01