25/10
Christian Wangue, l’éphémère empire d’un journaliste africain « en congé »
14/10
Pratiques mafieuses au Cameroun : Mediapart remporte le procès contre Bolloré
23/09
Préparatifs Mondial 2022 : Toko Ekambi forfait pour le match Cameroun-Ouzbékistan.
21/09
La bataille d’équipementier conduit à un bashing entre Samuel Eto’o et Yannick Noah
25/07
L’Union Africaine se félicite de la reprise des exportations de céréales d’Ukraine et de Russie
21/07
Football: la FIFA condamne le Cameroun à payer plus d’un milliard de FCFA au portugais…
20/07
Affaire de mœurs: la sex tapeuse Cynthia Fiangan a passé sa première nuit en prison
19/07
Le Cameroun veut importer 400 000 tonnes de riz en 2022
19/07
Droits de l’homme: Le REDHAC vole au secours du Directeur de publication du journal Le…
19/07
L’ancien Lion indomptable Stéphane Mbia risque la prison en Espagne
19/07
Découvrez le programme du séjour du président français Emmanuel Macron au Cameroun
18/07
Les Lionnes indomptables qualifiées pour les barrages de la Coupe du monde 2023
18/07
Mea Culpa: les camerounais accepteront-ils les excuses de Gaëlle Enganamouit
18/07
Lettre ouverte/Calixthe Beyala au président Macron: «venez-vous pour adouber un homme pour la transition au…
18/07
Emmanuel Macron au Cameroun, c’est confirmé
15/07
Le président de la République nomme de nouveaux responsables au sein de l'armée
15/07
Administration territoriale: le président de la République nomme 14 nouveaux préfets et 57 sous-préfets
15/07
CAN féminine 2022: les Lionnes indomptables éliminées en quart de finale
14/07
Diplomatie: le président Emmanuel Macron annoncé au Cameroun
14/07
Match Cameroun-Nigéria: 5 raisons pour croire à la qualification des Lionnes indomptables
  • Vous êtes ici :  
  • Accueil
  • Politique
  • Politique: Les militants de Maurice Kamto interpellés

Politique: Les militants de Maurice Kamto interpellés

dimanche, 28 octobre 2018 09:52 Mfoungo

Ils sont passés outre les injonctions de l’autorité administrative et ont décidé de battre le macadam pour revendiquer la victoire de leur leader

Certains, comme Me Michèle Ndocki ont pu regagner leur domicile très tard ce 27 octobre, après des heures passées dans un commissariat au quartier Bonanjo à Douala. L’avocate qui avait émerveillé plus d’un, lors du contentieux électoral à la cour constitutionnelle et qui avait plaidé pour dénoncer des « fraudes massives et systématiques a été interpellée avec d’autres militants du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun, alors qu’ils marchaient, disent-ils, pour revendiquer la victoire de Maurice Kamto, qu’ils considèrent comme le vainqueur de l’élection présidentielle. Vendredi soir, des tracts non signés avaient circulé sur les réseaux sociaux appelant à la résistance nationale face au hold-up électoral et invitant à une marche samedi à Douala.

Le regroupement massif de ce jour a permis de comprendre que l’appel a été entendu. Tous ces gens ont semblé défier l’autorité du ministre de l’administration territoriale Paul Atanga Nji qui, quelques heures auparavant avait mis en garde Maurice Kamto et Cabral Libî Li Ngué, en précisant que « toutes les tentatives de troubles à l’ordre publique seraient traitées avec la plus grande fermeté ».

Le membre du gouvernement a continué en ces termes : « L’administration a jusqu’à lors fait preuve de retenue. Il est toutefois de mon devoir de prévenir que désormais nous n’allons tolérer aucun désordre » - « Avec la proclamation des résultats le processus est terminé … Les manifestations publiques doivent désormais se dérouler dans les conditions prévues par la loi ».

Une sortie qui n’a pas semblé émoussé la volonté des militants de l’opposition qui affirment qu’ils veulent encore croire qu’ils sont dans un pays de Droit et, qu’ils sont parfaitement libres d’organiser les manifestations. Certains vont jusqu’à prétendre qu’il ne leur sert à rien de demander une quelconque autorisation, parce que pour eux, tout comme pour les membres de la société civile, l’unique réponse qu’ils obtiennent ce sont les interdictions.

Pour les militants de cette formation politique, les marches pacifiques vont se tenir jusqu’à la prestation de serment de celui qui a été annoncé comme le vainqueur de ce scrutin, le candidat du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais, M Paul Biya. Une détermination plus accrue, depuis que Le siège du MRC à Douala a été saccagé, selon Kingue Paul Eric, ancien directeur de campagne de Maurice Kamto. Des propos confirmés par Bibou-Nissack, son communicateur.

Ils ont gagné à leur cause, les leaders de quelques autres formations politiques dites de l’opposition. A côté de Me Michèle Ndocki, l’on a remarqué la présence de Edith Kah Walla. L’Union Démocratique du Cameroun a, à travers un communiqué condamné ces restrictions administratives. Selon Laziz Nchare, chargé de la communication au sein de ce parti politique, il ne s’agit ni plus, ni moins que d’une violation des droits de l’Homme.

Selon les témoignages recueillis auprès des militants qui préfèrent garder l’anonymat, Me Ndoki aurait refusé d’obtempérer quand on le lui a demandé en criant « La patrie ou la mort ». Elle n’a subi aucune violence, au contraire lorsqu’elle s’est couchée dans le caniveau, les éléments des forces de maintien de l’ordre ont voulu l’aider. Ils ont respecté l’ordre qui leur a été donné de ne point brutaliser les militants qui ne cherchaient qu’à manipuler la communauté internationale, ainsi que l’opinion publique nationale.

Maurice Kamto est arrivé deuxième à la présidentielle avec 14,23 % des suffrages. Un pourcentage qu’il conteste.

Nicole Ricci Minyem

 

 

 

 

 

 

Leave a comment

Au terme d’une émission sur le marché monétaire d’obligations du trésor assimilables (OTA) à 5 ans de maturité, le trésor public camerounais…

Agenda

«May 2024»
MonTueWedThuFriSatSun
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  






Sunday, 05 June 2022 11:01