25/10
Christian Wangue, l’éphémère empire d’un journaliste africain « en congé »
14/10
Pratiques mafieuses au Cameroun : Mediapart remporte le procès contre Bolloré
23/09
Préparatifs Mondial 2022 : Toko Ekambi forfait pour le match Cameroun-Ouzbékistan.
21/09
La bataille d’équipementier conduit à un bashing entre Samuel Eto’o et Yannick Noah
25/07
L’Union Africaine se félicite de la reprise des exportations de céréales d’Ukraine et de Russie
21/07
Football: la FIFA condamne le Cameroun à payer plus d’un milliard de FCFA au portugais…
20/07
Affaire de mœurs: la sex tapeuse Cynthia Fiangan a passé sa première nuit en prison
19/07
Le Cameroun veut importer 400 000 tonnes de riz en 2022
19/07
Droits de l’homme: Le REDHAC vole au secours du Directeur de publication du journal Le…
19/07
L’ancien Lion indomptable Stéphane Mbia risque la prison en Espagne
19/07
Découvrez le programme du séjour du président français Emmanuel Macron au Cameroun
18/07
Les Lionnes indomptables qualifiées pour les barrages de la Coupe du monde 2023
18/07
Mea Culpa: les camerounais accepteront-ils les excuses de Gaëlle Enganamouit
18/07
Lettre ouverte/Calixthe Beyala au président Macron: «venez-vous pour adouber un homme pour la transition au…
18/07
Emmanuel Macron au Cameroun, c’est confirmé
15/07
Le président de la République nomme de nouveaux responsables au sein de l'armée
15/07
Administration territoriale: le président de la République nomme 14 nouveaux préfets et 57 sous-préfets
15/07
CAN féminine 2022: les Lionnes indomptables éliminées en quart de finale
14/07
Diplomatie: le président Emmanuel Macron annoncé au Cameroun
14/07
Match Cameroun-Nigéria: 5 raisons pour croire à la qualification des Lionnes indomptables
  • Vous êtes ici :  
  • Accueil
  • Economie
  • Finances
  • Dieudonné ESSOMBA, "le FMI peut bientôt nous remettre sous ajustement structurel"

Dieudonné ESSOMBA, "le FMI peut bientôt nous remettre sous ajustement structurel"

vendredi, 28 mai 2021 17:07 Stéphane Nzesseu

Le Chef de l’Etat a signé une ordonnance autorisant des emprunts concessionnels de 350 milliards et 750 milliards auprès du FMI. Une nouvelle dette qui aggrave la précarité financière du Cameroun.

 

Pour Dieudonné Essomba, les camerounais qui se réjouissent de ce nouvel endettement n’ont pas bien compris de quoi il s’agit. « Voici les faits. La dette totale du Cameroun est de 11.000 Milliards, et le Cameroun devait régler 1.000 Milliards au cours de cette année, couvrant notamment les intérêts, les pénalités et le capital. C’est cela qui a été prévu dans le budget voté en Décembre 2020 par le Parlement. Malheureusement, il se trouve que le Cameroun ne peut pas dégager cette somme pour payer nos créanciers. Ses caisses sont vides par l’effet cumulé de trois événements :

- Des politiques économiques mal inspirées et très mal pilotées depuis 2006, fragilisant gravement les équilibres macroéconomiques que le Cameroun a pu péniblement rétablir après 20 ans d’un douloureux ajustement structurel sous la férule du FMI (1987-2006)

- Une élite cupide, parasitaire, qui vole tout l’argent du pays et dilapide les maigres devises tirées du pétrole, du cacao, du coton et du café en consommations somptuaires : champagne, limousines, voyages en Europe, etc. ;

- Des choix complètement schizophrènes, comme cette stupide Sécession que le Gouvernement est parti créer au NOSO, avec son entêtement de mule à maintenir son Etat unitaire et ses « unités nationales », au mépris du bon sens. Cette Sécession nous saigne à blanc et continuera à le faire pour les prochaines années ;

- Enfin la COVID, accident universel et pour lequel nous avons reçu un important appui, mais qui est devenue le beau prétexte pour masquer ces graves erreurs de gouvernance. Or, la crise était là depuis longtemps puisque le FMI a cru intervenir dès 2017, et du reste, les pays de l’UMOA qui ont le même régime monétaire que la CEMAC n’ont pas nos problèmes, en dépit de la COVID. »

 

Le Pays de Paul BIYA traverse actuellement une véritable zone de turbulence financière. La trésorerie est quasiment vide. Et Selon l’économiste, cette nouvelle dette que vient de prendre le Cameroun ne va pour arranger la situation de notre pays. « L’amateurisme, la condescendance, l’imposture et la désinvolture ont ramené la Cameroun à la même situation qu’en 1987, quand il était devenu incapable de régler ses dettes. Et comme d’habitude, le FMI arrive pour jouer le rôle d’interposition entre nous et nos créanciers.

Cela signifie que le FMI rembourse notre dette à notre place, ce qu’on masque sous le terme technique de « financement du remboursement de la dette ». Nous ne devons donc plus la dette aux gens qui nous ont donné l’argent et qui sont impatients de récupérer leur dû, mais désormais au FMI. ».

Une technique de rachat de la dette du Cameroun qui malheureusement ne sort pas notre pays de la situation de crise. Au contraire. Le Cameroun s’expose à de nouveaux ajustements structurels.

« Ces services du FMI ont une terrible contrepartie : l’ajustement structurel. 

En effet, le FMI part du principe que si le Cameroun se retrouve en cessation de paiement, c’est bien parce qu’il a mené une très mauvaise politique et qu’il vivait au-dessus de ses moyens. En conséquence, le FMI viendra lui imposer des mesures qui le contraignent à vivre en fonction de ses moyens, comme la privatisation, la baisse des salaires, la compression des effectifs ou la dévaluation.

Si on a compris ce mécanisme, on comprend mieux l’ordonnance du Président de la République, modifiant et complétant certaines dispositions de la loi de finances de la République du Cameroun pour l’exercice 2021, visant à « négocier et éventuellement à conclure à des emprunts concessionnels et non concessionnels de montants globaux respectifs de 350 milliards et de 750 milliards de francs C.F.A. »

Il ne s’agit pas de ressources que le Cameroun peut utiliser pour poursuivre la construction de l’autoroute Yaoundé-Douala ou achever les Stades de la CAN, ou même l’électrification rurale. C’est tout simplement une manière diplomatique de nous dire que le FMI va payer des échéances pour 350 milliards et 750 milliards dans les prochains jours.

Et qu’en conséquence, ce n’est plus aux étrangers impatients que nous devons l’argent, mais désormais au FMI, à qui nous devons désormais totale obéissance, comme un toutou qui frétille sa queue devant son maitre, mendiant un regard de reconnaissance. »

Nous ne sommes pas sortis de l’auberge. Nous changeons juste de geôlier.

 

Stéphane NZESSEU

Leave a comment

Le chef de division de la communication vient de rendre public un communiqué qui reconnaît la véracité de cette vidéo qui a…

Agenda

«November 2022»
MonTueWedThuFriSatSun
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930    






Sunday, 05 June 2022 11:01